Ça y est, elle a pété un cable, elle veut nous montrer ses seins !! Alors NON, pas de photos de nichons sur cet article et sur aucun autre d’ailleurs, mais j’avais envie de vous parler d’un sujet et/ou d’une expérience que j’ai “traversée” la semaine dernière et qui m’a beaucoup angoissée. Globalement, je n’ai aucun intérêt à vous en parler, mais comme je suis une femme et que je tiens un blog principalement destiné aux femmes, j’avais quand même envie de partager avec vous ce qui m’est arrivé afin de l’extérioriser une fois de plus, et pourquoi pas de partager ça avec des femmes qui ont eu la même chose que moi ou tout simplement avec celles qui y pensent.

Il y deux semaines, j’ai eu un rendez-vous de routine chez ma gynécologue, blabla de femme, examen traditionnel puis LA FAMEUSE palpation de la poitrine ! Sauf que cette fois-ci ma gynécologue remarque à mon sein gauche un nodule (environ 4 à 5 cm), ce mot chelou est une formation anormale et arrondie fréquente chez les femmes. Sauf qu’un nodule peut-être une tumeur cancéreuse. Et, c’est d’ailleurs la seule définition que j’avais à ce moment précis, trois mots me viennent en tête : TUMEUR – CANCER – MORT ! Alors, oui, c’est loin d’être gai et optimiste, mais ayant une peur énorme du cancer, des maladies et de tout ce qu’il y a en rapport, je n’arrive pas à ce moment là à me dire que tout va bien !

Pourtant, je suis jeune, j’ai 31 ans et le cancer du sein à mon âge est peu probable, mais très possible en tous cas dans ma tête, je n’arrive pas à écarter cette possibilité.

premiere-mammographie-blog-02-2016-3

Image libre de droit.

Ma gynécologue me recommande une mammographie et une échographie puis m’annonce qu’une opération suivra. C’est donc complètement paniquée que je rentre chez moi (en m’empêchant de regarder Internet, car je confirme a posteriori qu’il y a bien un tas de grosses conneries ! ). Ma gynécologue a pourtant essayé d’être rassurante, mais il était trop tard et je crois d’ailleurs qu’elle l’a remarqué après que j’ai fondu en larmes devant sa secrétaire. Le retour jusqu’à chez moi à été un peu compliqué, j’ai préféré marché, longtemps, plutôt que de prendre le bus, je n’arrivais plus à réfléchir…

Une fois le rendez-vous pris dans un cabinet de radiologie (je dois attendre plus d’une semaine et demie), je constate que je laisse tout couler autour de moi comme si une bataille finale avait eu lieu et que j’avais déjà tout perdu ! Évidemment, j’en parle à ma maman, à mon chéri et à mes collègues qui doivent être au courant pour se préparer à mes futures absences. Tous et toutes sont ultra positifs, me rassurent et m’aident à traverser cette dizaine de jours d’attente, je reprends peu à peu mes activités quotidiennes et du moral. Je n’arrête pas le travail, bien au contraire, car cela m’aide à penser à autre chose et puis je ne suis pas malade, j’ai juste peur. J’arrive même à bien dormir la nuit et à plaisanter sur mes seins pourris au boulot 😉

Pendant ma consultation avec ma gynécologue elle m’a posé cette question : ” Et vous n’avez jamais ressenti aucune douleur ?” “Non Jamais”…sauf qu’à partir du moment précis de l’annonce et cela jusqu’au résultat final, j’avais extrèmement mal aux seins ! Douleur psychosomatique ?? OH QUE OUI ! Comme quoi, je ne connais pas du tout mon corps ! Et ça, je l’ai bien noté.

premiere-mammographie-blog-02-2016-6

Photo : mariefrance.fr

Heureusement, le jour J je travaillais le matin ce qui m’a aidé à penser à autre chose, mais c’était sans compter sur la petite crise d’angoisse dans la salle d’attente ! Je décide d’y aller seule, mais je n’ai pas d’explications précises à ça, au cas où je savais que mon chéri n’était pas loin, prêt à me rejoindre. Par miracle je pense avoir choisi le meilleur cabinet de radiologie de Nantes (Centre de radiologie Monselet 27 rue Octave Feuillet 44100 Nantes, que je recommande à 100000000%) ; très peu d’attente et un personnel adorable. Je passe donc quelques minutes plus tard ma première mammographie avec LA radiologue la plus patiente du monde (oui, oui) et qui a su complètement me détendre et me rassurer.

Comment vous expliquer une mammographie ? Techniquement c’est une radiographie des seins qui permet de déceler ce que le “palpage manuel” ne peut pas voir. Physiquement, c’est bel et bien un écrabouillement du sein dans toute sa splendeur et c’est à ce moment là que je me suis dit : “Être une femme, c’est de la merde ! ” Ce n’est pas douloureux, en tous les cas pas pour moi, mais pas très agréable quand même, disons que j’ai ressenti un gros pincement. Deuxième pièce, deuxième attente puis deuxième attraction : l’échographie ! Et ça, toujours les seins à l’air ! C’est à ce moment-là que je me suis dit que j’avais eu deux radiologues très sympathiques puisque la première n’avait pas oublié d’indiquer au second que j’étais très stressée et qu’il fallait me rassurer tout de suite et être doux.

Et j’ai été vite rassurée, il n’y a rien de grave ! J’ai en tout cinq adénofibromes (qui dit mieux ??) complètement bénins ! Trois au sein gauche (dont un très gros) et deux petits au sein droit. L’opération n’est pas nécessaire immédiatement, mais je dois être surveillée régulièrement afin de voir leurs évolutions et de les enlever si nécessaire, donc tout va bien.

première-mammographie-blog-02-2016-2Image libre de droit

Je n’arrive pas à m’empêcher de penser à toutes ces femmes à qui l’on a annoncé dans des circonstances similaires aux miennes miennes qu’elles avaient un cancer. Je ne peux pas me mettre à leur place, car au final je n’ai rien de grave, mais cette expérience, si je peux l’appeler comme ça, m’a faite réfléchir sur le fait que je ne prenais pas assez soin de moi et que j’avais complètement négligé ma santé. Je n’ai aucune solution sur le comment changer mes habitudes, j’essaye de privilégier certains aliments et pratiquer des activités saines, mais surtout essayer de vivre et d’apprécier le ICI & MAINTENANT ! Alors oui, c’est très con, mais quand on s’est imaginé pendant plusieurs jours avoir un cancer du sein, je me suis dit que la vie était quand même vachement chouette lorsque l’on en a pas.

Le cancer du sein est un cancer fréquent chez la femme et reste la première cause de décès par cancer. Il peut être diagnostiqué de façon précise et peut-être guéri dans 9 cas sur 10. La mammographie est le meilleur moyen de se faire dépister ainsi qu’un suivi régulier chez votre gynécologue. Vous pouvez aussi procéder à une palpation manuelle afin de déceler toutes anomalies (petites boules ou rougeurs). Je repasse une échographie dans 4 mois mais d’ici-là, pendant et après, tout ira bien !

Toutes les infos sur le dépistage du sein et la première mammographie sur le lien précèdent. Et ici, vous pouvez trouver les bons gestes pour l’auto-palpation.

Merci de m’avoir lu jusqu’ici.

Armelle ;-)