Bonjour à toutes, 

Vous l’avez peut-être suivi sur mon Instagram, ce week-end nous étions invités à passer un doux moment au Parc de la Briandais. C’est un Hôtel trois étoiles de 15 chambres, qui fait aussi restaurant et qui propose un dépaysement total de par sa tranquillité et sa déconnection de l’agitation de la vie quotidienne. Je ne vous le cache pas, c’est tombé au bon moment ce week-end au calme. Ma vie est un peut mouvementée, et niveau santé je dois passer des examens pas très fun, rien de grave, mais quand même vachement nécessaires. 

Déjà, dès l’arrivée vous êtes dans le bain, une belle allée boisée des deux côtés vous mène à un parking discret en gravillon. Le bruit des gravillons sous les roues de la voiture, moi, ça m’emmène déjà loin (désolée hein, je vis en ville ! ). La passage entre les arbres vous fait découvrir lentement le manoir vieux de 600 ans. Avant d’être racheté par Emilie et Thibaud, il appartenait à la mairie de Missillac qui en avait fait une colonie de vacances. Imaginez le boulot qu’il a fallu abattre pour transformer tout ça en une bulle de tranquillité de 15 chambres trois étoiles ! 

Notre chambre, la 301, au troisième étage, était superbe. Vraiment. Sans flagornerie aucune. Ce n’est pas forcement mon goût en terme de décoration, mais l’ensemble est cohérent, fait avec soin et surtout avec les contraintes de l’escalier qui vous y mène. La vue se paye au prix des marches en bois qu’il faut gravir et qui rajoutent au charme de la bâtisse. De jolies attentions nous attendaient, et une superbe baignoire ouverte sur le salon avec une vue directe sur la verdure, au son des oiseaux et des grillons. J’ai adoré vous dis-je ! 

Quand évoquais la déconnection, c’est parce que l’hôtel est encore une des ces zones blanches en terme de réseau. Qu’à cela ne tienne, le wifi est disponible et permet l’essentiel, le vital, mais nous pousse surtout à nous rendre compte que poser le téléphone nous permet de nous ressourcer en quelques heures. 

Ce domaine jouit d’un parc avec des chênes tricentenaires, d’un accès à un lac et à une très belle petite promenade privée d’1,2km dans la nature. Des chevaux partout. Du vert partout. Des oiseaux, des grillons encore, toujours… mes souvenirs d’enfance à la compagne remontent et la quiétude qui va avec aussi. 

 

Le dîner que nous avons pu tester était vraiment très bon. Entre le retour de pêche (saumon, sauce béarnaise, purée de carottes et petits légumes) ou le filet de boeuf normand (avec ses pommes de terre rôties), aucun faux pas. Ou dans des desserts simples et efficaces (nous avons pris tous les deux le fondant au chocolat, parfait). Un véritable succès, fait maison, frais, et avec la volonté de mettre en avant des produits locaux. Bravo ! 

Le petit déjeuner, servi en buffet ou dans la chambre, est plus que frugal, il est gargantuesque ! Des gâteaux maison, du pain cuit sur place qui embaume les espaces communs, de la charcuterie de qualité, des oeufs brouillés, des laitages sains, un très large choix de fruits secs… Celle qui n’y trouve pas son bonheur, franchement, je ne la comprends pas ! Le temps d’un petit bain après tout cela, un petit café en chambre devant l’écran naturel de la fenêtre Est… Et il était déjà temps de repartir. Je n’en avais pas envie, mais il le fallait… 

Comme pour retarder l’échéance nous avons fait un détour vers la La Roche Bernard, son port superbe et le caractère fort de cette petite commune bretonne m’ont beaucoup plu. Je vous double le conseil d’Emilie pour le magnifique restaurant Le Sarah B. Sur trois étages dans un vieux cinéma. Ambiance industrielle et bristonomie de qualité au rendez-vous ! 

Si on me demandait de résumer mon expérience j’utiliserais seulement deux mots : calme, évidemment vous comprenez pourquoi ; et courage, parce que je trouve qu’Emilie et Thibaud sont des personnes extrêmement courageuses, ils n’en sont pas à leur coup d’essai dans l’hôtellerie et pourtant ils donnent tout (je pense) leur temps, leur attention et leur soin à vouloir faire du Manoir de la Briandais une aventure heureuse. 

 

Belle semaine,

Armelle 😉